Horiz ouvre son capital 🎉
Rejoignez l’aventure en investissant dès maintenant !

Micro BIC location meublée : pourquoi choisir ce régime ?

Si c’est votre premier achat immobilier en tant que LMNP (loueur en meublé non professionnel), qui est le statut attribué d’office par l’administration fiscale lorsqu’on débute, vous vous posez sûrement des questions sur votre fiscalité. Une chose est sûre, partant de la base de votre projet locatif, en tant que bailleur d’une location meublée, vous relevez forcément des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC). De ce fait, vos recettes locatives sont à inscrire dans la case des revenus commerciaux sur votre déclaration de revenus, et vos rendements annuels sont ainsi soumis au barème de l’IR (Impôt sur le Revenu). Mais vous pouvez néanmoins choisir entre deux régimes : le réel ou le micro-BIC en location meublée. Qui devrait choisir cette deuxième option ? Découvrons-le dans cet article.

Location meublée
Mise à jour le 28 Juillet 2023
micro BIC location meublée

Location meublée et fiscalité : quels choix ? 

Micro-Bic ou régime réel 

Comme nous l’avons introduit, vous avez deux solutions qui s’offrent à vous lorsque vous vous engagez sur le chemin du locatif meublé. Dans le premier cas, le régime forfaitaire est le micro-BIC en location meublée. Ce dernier vous est automatiquement attribué si vous ne demandez pas d’en changer directement, lors de la création de votre entreprise en tant que bailleur LMNP. C’est, au même titre que le microfoncier pour la location nue, un régime simplifié, régit par un abattement fixe chaque année avant application de l’imposition.

Si dans le foncier le taux de déduction est de 30 %, en BIC, il est de 50 %. Et pour cause, cela se justifie par les dépenses supplémentaires que doit supporter un investisseur locatif dans le meublé (achat du mobilier, plus grosse gestion locative, potentiels travaux de réparation, etc.).

D’un autre côté, soit parce que vous avez dépassé le plafond de recettes imposé par le régime forfaitaire (72 600 €), soit parce que vous l’avez délibérément choisi dès le début de votre activité de loueur, il y a le régime BIC au réel. Ici, pas de forfait, contrairement à la location meublée au micro-BIC. Vous déduisez donc vos charges et dépenses réelles. Vous avez même la possibilité d’amortir l’immobilier et le mobilier sur plusieurs années, un avantage qu’on ne retrouve d’ailleurs pas dans le régime foncier. À contrario, vous n’êtes pas autorisé à utiliser le déficit foncier. 

Loueur LMNP ou LMP

La location meublée non professionnelle et donc la fiscalité LMNP disposent, elles aussi, de leurs propres plafonds de rendements locatifs. Si vous devez respecter la somme maximale de 72 600 € générée sur une année au titre de vos revenus tirés de la location meublée pour pouvoir rester au micro-BIC en location meublée, ce n’est pas suffisant pour rester loueur LMNP. En effet, pour le rester, un double plafond doit alors être respecté. Il s’agit de percevoir moins de 23 000 € par an. De plus, votre activité de loueur en meublé ne doit pas être votre source de revenus principale, donc les loyers perçus ne doivent pas représenter 50 % ou plus de la totalité des rentrées d’argent de votre foyer fiscal.

L’une de ces deux conditions non cochées entraîne votre radiation du statut de LMNP et l’ouverture de votre activité en tant que loueur en meublé professionnel (LMP). Ensuite, tant que vous ne dépassez pas la limite des recettes annuelles attribuée au régime micro-BIC en location meublée, vous pouvez rester dedans. 

À lire aussi : Investir dans l’immobilier avec le dispositif Censi Bouvard

Les avantages du régime forfaitaire BIC pour louer en meublé

L’atout majeur de ce mode de fiscalité, c’est bel et bien la simplification des démarches administratives autour de la comptabilité, de la facturation, de la gestion dans sa globalité. Dès que vous mettez un pied dans un régime fiscal réel, vous devez collecter vos factures, les conserver, noter les montants, les calculer, les reporter sur vos feuilles d’imposition, remplir plusieurs formulaires, etc. En clair, la tâche devient bien plus complexe et demande la plupart du temps de faire appel à un comptable, par souci de conformité.

De plus, pas de panique si pour vous fiscalité rime avec incompréhension. Le micro-BIC en location meublée est un régime relativement facile à comprendre et à appliquer, même si on est seul à la direction de sa gestion. La tenue d’une comptabilité de type analytique n’est pas exigée, un simple livre de recettes est attendu de vous. Autre point positif, sous certaines conditions, vous pouvez même vous voir totalement exonéré d’impôts et de cotisations sociales. 

Zoom sur les spécificités fiscales de la location saisonnière

Un projet locatif autour de la location meublée, contrairement à la location vide, peut prendre bien des formes ! Colocation, logement entier, résidence senior, location étudiante ou location saisonnière. Dans ce dernier cas de figure, vous pouvez aussi profiter du micro-BIC, et il s’avère même être encore plus bénéfique. Votre abattement forfaitaire s’élève alors à 71 % au lieu des 50 % dans les autres situations. Le plafond de revenus locatifs est lui aussi plus souple, s’élevant à 82 800 €.

Là encore, vous avez la possibilité de choisir directement le régime réel. Une fois dépassé le seuil, l’administration fiscale vous met de toute façon dans la case « réel ». Bien que les formalités administratives soient alors plus lourdes, comme pour de la location meublée non saisonnière, le régime réel est parfois plus adapté à un projet.

Choisir cette fiscalité pour son projet locatif : les conditions

Une chose est sûre, la stratégie fiscale a toujours un impact énorme sur la rentabilité nette nette d’un projet d’investissement immobilier locatif. Vous avez donc tout intérêt à peser le pour et le contre avant de vous positionner. Ce n’est pas parce que votre collègue a choisi le micro-BIC en location meublée et qu’il a une rentabilité immobilière optimum, qu’il en ira de même pour vous, même si vous avez l’impression que vos projets sont similaires.

Pour opter pour le régime micro-BIC en location meublée et en tirer les bénéfices escomptés, la première chose à vérifier est le montant total de vos charges et dépenses estimé (ou concret si vous êtes déjà en activité). Ensuite, une fois ce chiffre connu, vous devez le rapporter à votre chiffre d’affaires généré par votre activité de loueur meublé. Vos frais de bailleur dépassent-ils la moitié de vos revenus locatifs sur l’année ? Si la réponse est oui, alors vous devriez passer au régime réel ! Si la réponse est non et que vous ne souhaitez pas vous aventurer dans le réel pour éviter la complexité du régime, alors vous pouvez rester au régime forfaitaire tout en étant rentable.

Toutefois, il serait judicieux de faire une étude avec un fiscaliste pour savoir combien vous parviendriez à récupérer si vous vous mettiez au régime réel grâce aux amortissements. Certains montages financiers valent le coup, même si l’on prend en considération les dépenses supplémentaires en gestion locative ou en conseils d’experts. 

Dans le même thème : Zoom sur le régime micro-BIC en location meublée

Simuler sa stratégie fiscale pour optimiser sa rentabilité

Horiz.io vous permet justement d’optimiser la rentabilité de votre investissement immobilier rapidement grâce à des outils en ligne. Vous pouvez alors comparer vous-même différentes stratégies locatives et fiscales, pour avoir une visibilité sur les rendements attendus des différents montages. De plus, votre recherche de logement est accélérée grâce à une recherche selon vos critères, et vous êtes accompagné dans la gestion locative grâce à nos outils en ligne.

calcul rendement locatif

Comment calculer votre rendement locatif ?

Grâce à notre simulateur, calculez la rentabilité de n’importe quel bien immobilier !

Micro BIC location meublée : FAQ

C’est quoi le régime micro-BIC ?

C’est le régime forfaitaire attribué aux Bénéfices Industriels et Commerciaux, relatifs aux activités commerciales, artisanales ou industrielles. C’est donc le régime d’office des loueurs en meublé, car leurs recettes locatives sont considérées comme des revenus commerciaux et non fonciers.

Quelle imposition pour une location meublée ? 

Elle dépend de votre tranche marginale d’imposition sur les revenus, vu que les revenus locatifs tirés de la location meublée sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Quelles sont les charges déductibles en micro-BIC ?

Par définition, en tant que régime forfaitaire, le micro-BIC en location meublée ne permet pas de déduire ses charges. En contrepartie, vous appliquez directement un abattement de 50 % sur vos recettes locatives perçues avant le calcul de votre imposition.

Poursuivez votre lecture : Le déficit foncier et les travaux 

Marie
Marie
Customer Success Manager

Annonces exclusives Horiz.io

Voir toutes les annonces »

Vous êtes au bon endroit pour investir dans l'immobilier 🏡

Avantages à prix imbattables
Des avantages à prix imbattables

PNO, GLI, MRH, Expert comptable, retrouvez nos avantages négociés pour booster votre rentabilité

Découvrir les offres
appels experts
Appelez un expert immobilier

Besoin de conseils 100% personnalisés sur votre investissement immobilier, fiscalité, gestion comptable, ou encore vos travaux, etc… ? Passez un coup de fil rapide à nos experts !

Réserver un appel expert
gestion locative en ligne
Gérez vos biens immo avec notre logiciel

Bail, quittance, régularisation de charges… Simplifiez-vous la vie avec nos outils accessibles en ligne.

La gestion locative en ligne

Articles similaires

loi scellier 2011 explication

Loi Scellier 2011 : on vous explique tout

La loi Scellier est un dispositif fiscal qui permet aux futurs propriétaires d’acheter des biens immobiliers dans le neuf, dans le but de les mettre en location. Qu’en est-il de cette loi et comment gérer ses investissements locatifs avec celle-ci ? Nous vous expliquons tout dans cet article.

02 Octobre 2023
Sous-location : risques, cadre légal et astuces

La sous-location : risques, cadre légal et astuces

Si un locataire est libre de faire ce qu’il veut et de recevoir qui il veut dans son logement, il ne peut pas tout le temps sous-louer son appartement, c’est-à-dire partager le loyer avec d’autres occupants ou lui faire payer l’intégralité pendant son absence. Nous parlerons de la sous-location classique dans un premier temps puis de la sous-location professionnelle.

28 Février 2023
article 15 de la loi du 6 juillet 1989

L'article 15 de la loi du 6 juillet 1989 : résilier le bail ou donner congé à son locataire

La loi du 6 juillet 1989 vise à réguler et encadrer les relations entre propriétaire et locataire. L'article 15 de cette loi vise à définir les conditions permettant la résiliation d'un bail.

14 Février 2023
contrat location meublée

Contrat de location meublée en 2023 : le guide détaillé !

Le contrat de location meublé lie juridiquement le bailleur et son locataire pour un logement meublé. Ce document contient de nombreuses clauses que chacun s’engage à respecter. Nous vous expliquons dans ce guide tout ce qu’il faut savoir sur le contrat de location meublé en 2023.

19 Janvier 2023
loi monuments historiques

Loi Monuments Historiques : définition, objectifs et autorisations !

La loi Monuments Historiques est l’un des dispositifs de défiscalisation les plus anciens. Créée en 1913, elle offre une réduction fiscale avantageuse aux investisseurs achetant des logements anciens et historiques. Quelle est-elle exactement ? Découvrons-le plus en détails dans cet article.

02 Janvier 2023
Loi Elan : le bail mobilité

Qu’est-ce que la loi Elan : le bail mobilité, ses avantages

Le 19 septembre 2018, le projet de loi Elan a fait l’objet d’un accord en commission mixte paritaire. Le projet de loi vise à atteindre trois objectifs généraux qui sont la libéralisation de la construction, l’amélioration du cadre de vie et la protection des plus fragiles. En effet, ce projet de loi est élaboré en prenant en compte les évolutions de la société et des modes de vie de chacun, mais aussi les inégalités territoriales et les nouveaux besoins des habitants. Ainsi, le texte abrite de nouvelles mesures pour « construire plus, mieux et moins cher ». Également appelée loi logement de 2018, la loi Elan engendrera de nombreuses réformes quant au droit immobilier. 

12 Octobre 2022
location meublée professionnelle

Location meublée professionnelle : à qui s’adresse ce statut ?

Dans le thème de l’investissement locatif, nous abordons régulièrement les montages financiers destinés aux particuliers de l’immobilier de location. Dans cet article, nous avons décidé de partir à la découverte de la location meublée professionnelle et de son statut. Même si vous avez conscience que le régime LMP (Loueur en Meublé Professionnel) existe, vous ignorez sûrement encore les subtilités de son mode de fonctionnement, à la différence du loueur LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel), sur lequel nous écrivons fréquemment. Alors, à qui s’adresse la location meublée professionnelle et quelles sont les différences majeures entre LMP et LMNP ? Découvrons-le ensemble ! 

28 Juillet 2023
avantages de la loi denormandie

Loi Denormandie : quels sont les avantages ?

Vous pensez à réaliser un investissement locatif ancien avec travaux ? Hâtez-vous de vous renseigner sur la loi Denormandie ! Initialement prévue à être clôturée fin 2022, elle se voit reconduite jusqu’au 31 décembre 2023 dernier carat, dans le prolongement de la volonté actuelle du marché qui est de s’atteler à la réhabilitation de l’immobilier locatif ancien. Faisons un tour des atouts majeurs de ce dispositif de défiscalisation immobilière dans l’ancien ! 

27 Juillet 2023